16 mai 2022

Deal Drivers: EMEA Q1 2022

En partenariat avec Mergermarket

Il n'est pas surprenant que le nombre de transactions en Europe ait chuté au premier trimestre 2022. Les pressions inflationnistes, la hausse des taux d'intérêt et la guerre en Ukraine ont augmenté ce sentiment de risque et réduit l'appétit pour les fusions et acquisitions dans la région. La France ne fut pas une exception : la valeur et le volume des transactions ont respectivement baissé de 32 % et 25 % par rapport au premier trimestre 2021.

Néanmoins, voyons le bon côté des choses : La valeur des fusions et acquisitions en France s'est avérée plus prospère que dans certaines autres régions, soutenue par une forte présence des investisseurs américains. Le Private Equity devrait contribuer de manière significative à la performance globale des fusions et acquisitions dans le pays en 2022.

Ce rapport Deal Drivers analyse les fusions et acquisitions du premier trimestre 2022 dans 9 sous-régions de la zone EMEA :

  • Royaume-Uni & Irlande
  • DACH 
  • France 
  • Pays Nordiques
  • Italie
  • Péninsule Ibérique
  • Benelux
  • Turquie, Moyen-Orient & Afrique
  • CEE & SEE

Découvrez quels régions et secteurs sont en tête du classement au premier trimestre 2022, obtenez la toute dernière heat chartleague tables ainsi que le classement des meilleures contreparties en valeur et en volume.

Téléchargez le rapport Deal Drivers: EMEA Q1 2022 pour en savoir plus.

Prêt à vous lancer ?

Vous pourriez aussi aimer :

Deal Drivers: EMEA Q3 2022

Malgré les difficultés persistantes, comment les fusions et acquisitions se sont-elles déroulées en Europe au troisième trimestre 2022 ? A quoi devons nous nous attendre dans les mois à venir ? Découvrez-le dans notre dernier rapport.

1311150450
Deal Drivers: EMEA HY 2022

Malgré de forts vents contraires, les fusions et acquisitions en Europe résistent à la pression : bien que le volume de transactions ait chuté de 19,7 % au premier semestre 2022 par rapport à l'année dernière, la valeur a à peine chuté. Quels secteurs et transactions ont stimulé l'activité M&A et pourquoi ? Cette tendance se prolongera-t-elle au deuxième semestre ?

M&A : vers la fin de l'embellie

Contre tout attente, la France compte un nombre de transactions plus élevé qu'au premier semestre 2021, ce qui a poussé certaines banques à agrandir leurs équipes ! Toutefois, on note une forte diminution de la valeur globale des transactions. Serait-ce un signe avant-coureur de la crise à venir ? Découvrez-en plus sur l’activité M&A des 6 derniers mois, sur les nominations du semestre et les perspectives à venir, dès maintenant et en exclusivité, dans le tiré à part des Echos Capital Finance.